2 articles

Stage d'observation

Publié le 13 juin 2013 à 12:01

Pendant la semaine du 26/11/2012 au 29/11/2012, j'ai fait un stage d'observation 3ème dans le monde des activités et des métiers du spatial avec Fanny, Jean-Baptiste, d'autres élèves du collège et des élèves d'autres établissements.

Tout commence le 26/11/2012. Nous sommes allés à Thalès Alénia Space (Toulouse).

Dans une salle, on nous a expliqué ce qu'est un satellite. Et oui, au spatial, j'étudie les satellites!

Ensuite, nous avons visité les bureaux des ingénieurs, qui s'occupent de la conception des satellites et de tous leurs composants, sur ordinateur. Puis, nous sommes allés voir les différents ateliers de fabrication et d'assemblages de pièces, comme celui des circuits électroniques.

L'après-midi, nous avons visité des salles immenses où sont effectués des tests par rapport aux températures et aux différentes pressions et vibrations subies par tous les composants des satellites, ainsi que des tests de fonctionnement. En effet, avant d'envoyer un satellite il faut être sûr qu'il fonctionnera longtemps dans des conditions extrêmes, car une fois dans l'espace, personne ne pourra aller le réparer !

Le 27/11, nous sommes allés à Astrium (Toulouse). Dans une salle, nous avons rencontré le directeur, qui nous a parlé de cette entreprise. Ensuite, nous avons visité la salle d'assemblage final des satellites, où nous avons pu en voir un, pratiquement terminé. Après le déjeuner, nous avons fait des activités ludiques en lien avec l'espace et la recherche.

Le 28/11, nous sommes allés au lycée Paul Riquet (Ramonville), un lycée qui s'intéresse à l'espace. Nous avons rencontré le proviseur, qui nous a parlé de l'option « métiers du spatial », puis nous avons rencontré des élèves qui ont choisi cette option.

L'après-midi, nous sommes allés à l'ISAE (une école d'ingénieurs dans les métiers de l'aviation).

Le 29/11, nous sommes allés au CNES, le Centre National d'Etudes Spatiales.

On nous a expliqué les différentes missions, comme la recherche et le recueil de certaines données satellites. Puis, nous avons vu une reconstitution du sol de Mars, sur laquelle nous avons pu marcher. Enfin, nous nous sommes assis dans une petite pièce, où viennent les chefs d'Etat et autres personnalités, avec vue sur la salle de contrôle qui sert lors de certains lancements de fusées, comme par exemple pour envoyer du ravitaillement à la station spatiale internationale.

C'est ainsi que s'est terminée ma semaine du spatial.

G. L.

Film d'animation

Publié le 06 juin 2013 à 14:41 ♦ Mis à jour le 11 juin 2013 à 10:58

   Une élève incluse en Français, en 5ème, a travaillé sur le Roman de Renart et, entre autres, sur le texte de « Renart et les anguilles », ainsi que deux autres élèves dans la classe. Cette histoire ayant plu à tout le monde, nous avons décidé de la choisir pour produire un film d'animation.

  Tout d'abord, nous avons visionné en classe des films d'animation, trouvés sur le site « Les petites lanternes magiques » pour voir les différentes formes que pouvait prendre un film d'animation.

Nous avons ensuite étudié le schéma narratif de l'histoire en cherchant la situation initiale, les éléments perturbateurs, les péripéties, les éléments de résolution et la situation finale.

  Puis, nous avons commencé par faire un story board (tableau à quatre colonnes), c'est-à-dire que nous avons découpé l'histoire en différents plans (séquences). Pour chaque plan, figurent dans ce tableau, le dessin, l'histoire en une phrase, les bruitages et dialogues, le minutage.

  Pour compléter, nous avons fabriqué les personnages en pâte à modeler : les deux conducteurs de la charrette en trois exemplaires (assis, debout, énervés), et un renard.

  Nous avons utilisé des Playmobil pour les chevaux et la charrette.

  Nous avons construit un décor avec des arbres en argile que nous avons peints, et un grand carton peint en blanc et recouvert de coton et de polystirène par endroits, pour représenter un paysage enneigé. Nous avons également fabriqué des paniers en papier et des poissons en argile.

  Ensuite, nous sommes passés à la phase photographie : nous avons installé le décor et l'appareil photo et avons pris environ 120 clichés correspondant aux plans du story board, en faisant bouger les personnages à chaque fois, pour leur donner du mouvement.

  Après, nous avons enregistré les dialogues et quelques bruitages, trouvé sur internet, les musiques (libres de droits) pour les génériques.

  Nous avons retravaillé les photos pour le cadrage et les couleurs avec le logiciel « Picasa », puis nous sommes passés à la phase montage avec le logiciel « Movie maker ». Nous avons placé les photos dans l'ordre de l'histoire sur la chaîne de montage, réglé le temps de passage de chacune d'elles, inséré les bruitages et dialogues correspondants, et élaboré les génériques de début et de fin.

  Environ une à deux heures de travail par semaine pendant trois mois, pour 1,44 min de film ! Mais chacun s'est enrichi de cette nouvelle expérience de groupe.

Voici le produit fini, que vous pourrez revoir, lors de la fête du collège, le 21 juin.

 

Le contenu de cette page nécessite Adobe Flash Player. Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

 

Page 1 / 1

haut de page